Bud VS Budweiser

Au commencement était Ceské Budejovice (en allemand Böhmisch Budweis), cité fondée en 1265 par le roi de Bohême Premysl Otakar II pour contrebalancer l’influence de la puissante famille Rosenberg dans le sud de la Bohême. Les bourgeois de la ville qui payaient l’impôt avaient obtenu en échange des droits de brassage. Il s’agissait alors de production familiale pour une consommation familiale, une situation qui n’était d’ailleurs pas spécifique à Ceské Budejovice (Budweis). Seule particularité : la bière ainsi brassée était de très bonne qualité ce qui a largement encouragé le développement de l’industrie brassicole.

La brasserie tchèque avait donné le nom de «Budweiser» (celle qui vient de Budweis) à la bière qu’elle fabriquait. Et c’est cette appellation qui est restée en vigueur jusqu’à ce jour.

LE CONFLIT

Voici les racines d’un conflit commercial qui va réellement éclater à partir des années 1880.

Après avoir conquis les marchés américains et canadiens en 1875, cette bière bohémienne va susciter les convoitises de l’entreprise américaine Anheuser-Busch. En 1876, le brasseur américain Anheuser-Busch commença à brasser une bière qu’il appela « Budweiser » en référence à cette longue tradition tchèque. Cet usage est à l’origine d’un des plus anciens conflits juridiques concernant une marque commerciale en l’occurrence « Budweiser ».

Le fait que la même bière était commercialisée sous un nom similaire a posé des problèmes dans plusieurs marchés en Europe et en Amérique. C’est de là que vient la bataille entre la brasserie américaine appartenant au groupe belge AB InBev et la brasserie native de la République Tchèque.

En 1907, les deux brasseurs se sont accordés sur le fait que l’américain Anheuser-Busch avait le droit de commercialiser sa bière sous le nom Budweiser uniquement en Amérique du Nord, tandis que les marchés en Europe devraient être réservés au à l’entreprise tchèque. Mais dans la pratique, la brasserie américaine Anheuser-Busch est autorisée à vendre sa bière sous l’appellation de «Anheuser-Busch B» en Suisse, Autriche et Allemagne, là ou la brasserie tchèque le fait sous le nom d’origine de la bière. Par contre, en France et dans les autres pays européens, l’américaine ne peut commercialiser cette bière que sous le nom « Bud ». C’est seulement en Irlande et au Royaume-Uni que les deux brasseurs ont le droit de vendre leur bière respective sous la même enseigne «Budweiser».

En somme, à la date de janvier 2013, la brasserie Budweiser Budvar a gagné 89 de ses 124 procès avec l’américaine du groupe AB Inbev et huit se sont soldé par une conciliation.

Laisser un commentaire