Qu’est ce qu’une bière d’Abbaye ?

Au Moyen-âge, l’eau était souvent contaminée, ainsi les Romains se consacraient à la production de vin et plantaient des vignobles à perte de vue. Le climat belge étant peu propice à la culture du raisin, on s’est mis à cultiver du blé dont on tirait entre autres de la bière. A cette époque, la bière était destinée à étancher la soif des légions romaines.

Après la chute de l’Empire romain, l’église a pris le contrôle des terres. Les ecclésiastiques et les moines ont donc commencé à utiliser leurs connaissances en agriculture et se sont naturellement orientés vers la culture du blé et la production de bière. Au 9ème siècle, Charlemagne favorise le développement de la bière en abbaye en ordonnant que chaque monastère possède une brasserie, dans la lignée de la règle de Saint-Benoît. Celle-ci met en avant la prière liturgique et personnelle, le travail manuel (ORA ET LABORA) et l’auto-subsistance – les pères doivent produire ce qu’ils consomment.

Plus encore, jusqu’au onzième siècle, la brasserie était une activité qui était exclusivement pratiquée par le clergé. Le brassage de la bière était interdit à l’extérieur des murs des cloîtres.

Les bières d’abbaye sont donc des bières faisant référence à la vie monastique ou à une abbaye particulière, en activité ou non. il peut s’agir aussi d’une licence délivrée à un brasseur par une communauté monastique, ou de la référence à une abbaye disparue.

Toutefois, quelques bières sont aujourd’hui encore brassés au sein d’une abbaye. C’est le cas pour les bières produites par les moines de l’ordre des Cisterciens de la Stricte Observance, aussi connu comme « l’ordre Trappiste ».

Laisser un commentaire