L’origine des bières « Blanches »

Depuis le 14ème siècle, le village de Hoegaarden est connu pour élaborer des bières dont un des composants est le froment, abondamment cultivé dans la région. La bière de bléa quasiment disparu dans les années 1950.

En 1966, un ancien employé de la brasserie Thomsin, Pierre Celis, décide de relancer la production de bières « blanches » en créant la Brasserie De Kluis, revendue par la suite à Interbrew (devenu AB Inbev). La nouvelle brasserie est rebaptisée Brasserie Hoegaarden.

La bière dite « blanche » est une bière brassée avec une forte proportion de blé (le froment) malté ou non. Le nom «blanche» entraîne souvent une confusion due à une proximité phonétique des mots weiß (blanc) et weizen (froment). Il existe deux grandes traditions de bières « blanches» : la WITBIER, en Belgique et la WEIZENBIER, en Allemagne.

Au Moyen-Âge les Witbier et Weizenbier étaient brassées selon des même méthodes. Cependant, de nos jours, il s’agit de deux types de bières très différentes. Les bières d’origine allemande sont toujours brassées à base de malt de froment ainsi que du houblon, mais elles ne contiennent jamais d’autres épices ni de céréales non maltées.

Les bières blanches produites dans les autres pays sont le plus souvent proches de la bière blanche belge. Elles sont aujourd’hui produite dans de nombreux pays tels que la France, le Canada et les États-Unis (Wheat Ale).

La WITBIER (Belgique)

Originaire de Louvain et ses alentours, en Belgique, la bière blanche s’était fait une réputation de bière assez buvable. Depuis le 14ème siècle, le village de Hoegaarden est connu pour élaborer des bières dont un des composants est le froment, abondamment cultivé dans la région. Les moines étaient à l’origine de l’utilisation d’épices comme la coriandre et les écorces d’orange curaçao (venant des marchands néerlandais qui dominaient le marché des épices à cette époque) pour affiner la bière.

L’industrie brassicole de Hoegaarden prospère et en 1736, le village compte 36 brasseries et 110 malteries. Après la Révolution française, le village perd en importance et face à l’explosion des ventes de bières blondes, le style disparaît avec la fermeture de nombreuses brasseries. En 1937 il ne reste que 4 brasseries à Hoegaarden, et la dernière brasserie artisanale ferme ses porte en 1957.

En 1966, un ancien employé de la brasserie Thomsin, Pierre Celis, décide de relancer la production de bières blanches en créant la Brasserie De Kluis. En 1985, un incendie détruit la brasserie alors que la production est de 75 000 hectolitre par an. Stella Artois aide la brasserie à se reconstruire en échange de parts dans la société. En 1987, le créateur de la brasserie, Pierre Celis, décide de poursuivre ses activités brassicoles aux Etats-Unis et revend toutes les parts à Interbrew (devenu AB Inbev) qui prend le contrôle total de la brasserie De Kluis. Elle sera rebaptisée Brasserie Hoegaarden.

Profil de la Witbier

La witbier est issue d’une de fermentation haute et titre en moyenne 4 – 5 % vol d’alcool.

A l’oeil, elle offre une robe blonde pâle surmontée d’une mousse blanche dense et intense.

Au nez, elle développe des arômes de blé, de pain frais, de citron, de coriandre avec une pointe de clou de girofle ainsi que quelques notes herbacées et fruitées.

En bouche, la finale est acidulée.

La WEIZENBIER ou Weißbier (Allemagne)

La Weizenbier trouve ses origines en Bavière (Allemagne). Contrairement aux « Blanches » Belges, les bavaroises ne contiennent que du malt, de la levure et du houblon. Elles ne contiennent jamais d’autres épices ni de céréales non maltées.

Au Moyen-Âge les Witbier et Weizenbier étaient brassées selon des même méthodes. Cependant, de nos jours, il s’agit de deux types de bières très différentes.

Profil de la Weizenbier

Les Weizen, de fermentation haute, possèdent une robe jaune pâle, légèrement trouble surmontée d’un col de mousse blanc, épais et dense

Elles développent des arômes fruités de banane, de levain, ainsi que touches phénolique (clou de girofle) apportées par la levure typique.

En bouche, le corps des weizenbier est crémeux, le blé peut être assez goûteux, et l’on retrouve les arômes perçus au nez : la banane et le clou de girofle.

L’appellation courante d’Hefeweizen en fait d’ailleurs mention («Hefe» signifie «levure» en allemand).

La Weizenbier se décline en trois variétés :

  • la Hefeweizenbier, non filtrée donc trouble
  • la Kristallweizenbier est limpide car filtrée.
  • la Dunkelweizenbier, brune en raison d’utilisation de malts plus touraillés. Elle est également non filtrée.



Les bières blanches produites dans les autres pays, tels que la France, le Canada et les États-Unis (Wheat Ale) sont le plus souvent proches de la bière blanche belge.

Laisser un commentaire